Le nom de la femme : une question d’identité, une question de dignité.

« Appelez-les par le nom de leurs pères. C’est plus équitable aux yeux d’Allah » Coran, 33 « Al ahzab », verset 5

Il existe des habitudes tellement ancrées dans notre quotidien, dans notre vie que nous nous interrogeons même plus ni sur leur sens ni sur leur origine afin d’en comprendre l’usage.

C’est le cas concernant le fait que suite au mariage civil la femme fait usage du nom de son époux. Vous ne vous êtes jamais posés la question : Pourquoi ? Juste par curiosité, pour sa propre culture, pour comprendre tout simplement. Moi, si. Voyez plutôt :

Au XIXe siècle, lorsqu’une femme se mariait, le nom de son mari se substituait obligatoirement au sien. La femme d’alors, considérée comme incapable, portait le nom de la personne qui avait les droits sur elle : son père ou de son mari. Aujourd’hui, les choses ont changé (plus de puissance paternelle ou maritale). Source

En sachant ceci, ne nous pourrions pas y réfléchir à deux fois avant de perpétuer cette tradition ? La femme se doit alors de mettre fin à celle-ci afin de se désavouer de son sens premier/de base. Ici, il est question de sa dignité, de son identité, de son indépendance, de son égalité avec l’homme.

Et puis ravie d’apprendre que je ne suis pas la seule à me pencher sur la question alhamdouli-Llâh : Pourquoi les Françaises changent-elles de nom comme elles changent de mari ?

Le saviez vous ?

Dans des pays comme la Belgique, le Canada … la femme garde son nom, celui de son père tout comme il est le cas pour l’homme. Chacun porte et garde le nom hérité de son père, quel signe d’égalité !

Nous pourrions penser que, comme par nature la femme offre son « abri » à l’enfant une fois enceinte, l’homme offre son nom à son enfant une fois né afin d’équilibrer les choses, Allahou A’lam. C’est une forme d’équité.

Aujourd’hui, en France la femme doit exprimer son choix de ne pas faire l’usage du nom de son époux lors de certaines tâches administratives c’est le monde à l’envers ! et même dans ce cas il lui est souvent refusé lorsqu’elle est mariée au nom de la tradition, soubhana Allah.

Se réapproprier son identité et donc une lutte quotidienne dans le pays des droits de l’Homme !

Que dit l’Islam ?

Ce droit de garder son propre nom a été offert à la femme il y a plus de 1400 ans alhamdouli-Llâh :

« Appelez-les par le nom de leurs pères. C’est plus équitable aux yeux d’Allah » Coran, 33 « Al ahzab », verset 5

A la naissance, TOUS les enfants sont appelés par le nom de leur père, que ce soit fille ou garçon, et le conserve une fois adulte.

Notons qu’ici le verset conclu par le caractère d’équité de cette prescription, soubhana Allah.

« La cerise sur le gâteau » est que bien qu’elle garde son nom, à l’époque (et encore dans beaucoup de pays arabo-musulmans) la femme portait également une kouniya (c’est à dire un surnom : pour les femmes c’est « Oumm » -« mère de »- et chez les hommes c’est « Abou » -« père de »- suivis d’un prénom au choix ou de l’aîné de leur premier enfant) tout comme l’homme. Ce titre honorifique est donné comme pour souligner l’importance du statut de parent et de la filiation, macha Allah. Il n’existe pas d’équivalent au sein des autres communautés, Allahou A’lam.

J’en appelle alors à la composante féminine de la Oumma afin de se saisir de ce droit qu’Allah Ta’ala nous a offert de part Sa sagesse alhamdouli-Llâh. Mettons fin à cette forme d’indépendance qui réduit notre identité à être « la femme de ».

Cessons de suivre aveuglément une tradition comme l’ont fait d’autres peuples avant nous :

« Et récite-leur la nouvelle d’Abraham : Quand il dit à son père et à son peuple : « Qu’adorez-vous?  » Ils dirent : « Nous adorons des idoles et nous leurs restons attachés ». Il dit : « Vous entendent-elles lorsque vous [les] appelez? ou vous profitent-elles? ou vous nuisent-elles? « Ils dirent : « Non! mais nous avons trouvé nos ancêtres agissant ainsi ». » Coran : sourate « Ash-Shuaraa » (Les poètes – 26), versets 69 à 74.

Ainsi, faisons appelle à notre sens critique en nous interrogeant sur les conséquences et l’absurdité de perpétuer une telle tradition qui n’a aucun sens logique quand on y réfléchi, incha Allah.

Quant au caractère strictement religieux, à ce sujet des savants se sont prononcés, pour en savoir plus je vous invite à lire l’avis de Chaykh Muhammed Salih Al-Munajjid, incha Allah.

Publicités

5 réponses à “Le nom de la femme : une question d’identité, une question de dignité.

  1. Très bon rappel. Je croise souvent des femmes qui sans nécessairement utiliser le nom de leur mari dans les administrations(de toute façon au Québec c’est interdit!), les changent sur leurs profils facebook, etc.
    Tu as également bien fait de rappeler qu’en parallèle les enfants doivent porter le nom du père car beaucoup de pays laisse le choix maintenant (nom du père, de la mère, ou cumul…). Les musulmans ont une assez grande marge de manœuvre dans ce cas pour respecter leurs préceptes religieux. A nous de nous prendre en main!

    • As-Salam’alykoum

      Baraka Allah ou fik oukhti pour tes commentaires

      En effet, il est important d’apporter des explications car à l’absurdité de la chose et pourquoi chacun d’entre nous doit garder le nom de son père entre autre pour préserver la filiation (c’est aussi le cas pour les orphelins) comme énoncé dans mon article alhamdouli-Llâh

      Et Allah Ta’ala est Celui qui détient La sagesse par excellence

  2. Il me semble aussi que le fait de donner le nom du père (et de le garder toute sa vie) a pour but de s’assurer plus facilement des filiations de chacun (c’est toujours plus facile de retracer la mère, donc c’est plus logique le nom donné soit celui du père. Comme çà les choses sont claires).

  3. Pingback: Revue de presse du web - 1er décembre 2012 - M.M Blog – Materner avec un grand Aime·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s